loader image

Notre Forêt

Samantha et Antoine

13 novembre 2020

Aucun commentaire

Partager sur :

Notre forêt

Septembre 2019. Région parisienne. Nous faisons nos bagages avec enthousiasme et frénésie. Sur le parquet en bois du salon, un méli-mélo d’affaires à trier, pour n’embarquer avec nous que l’essentiel. Nous sommes prêts à engloutir les kilomètres, prêts à être éblouis par cette vie nomade à laquelle nous aspirons tant. Cette parenthèse, ces trois mois à naviguer entre le Canada, les Etats-Unis et le Japon vont nous laisser des souvenirs impérissables. Nous ignorions alors que quelques mois après notre retour, le monde serait frappé d’une pandémie mondiale qui rendrait ce genre de voyage impossible durant un temps indéterminé. Pendant notre parenthèse, nous n’avons pas senti les frontières, et les voici de nouveau plus présentes que jamais dans notre monde.

Notre histoire

Octobre 2020. Région parisienne. De nouveau, un grand départ. Sur le parquet en bois du salon, des piles de cartons. Nous partons, encore une fois, plus définitivement. Différemment. Ce voyage ne nous aura pas laissé indemne : une nouvelle métamorphose est en cours, celle d’une vie dans laquelle la parenthèse peut continuer de s’étendre. Qui aurait cru qu’un an tout pile après notre voyage, nous serions les parents d’un petit Lucas, trois mois ? Que nous aurions vécu trois autres mois confinés dans notre appartement, tandis que mon ventre s’arrondissait ? Deux temporalités miroirs, celle du nomadisme et celle de la sédentarité, les deux poussées à leurs extrêmes. Nous avons vécu les déplacements quotidiens, cette errance balisée où le lit du soir est différent de celui la veille. Nous avons vécu d’être assignés dans un appartement, sans sortir ou presque.
Étrangement, ces deux expériences – le grand voyage et le confinement – ont soulevé chez nous un même sentiment : celui d’une chronologie qui devient floue, qui se disloque. Nous avons été portés par  un espace-temps où les repères s’amenuisent. Dans les deux cas, nous sortons grandi et serrons contre nous ces souvenirs comme autant de trésors. Notre parenthèse se transforme, pour un nouveau chapitre dans nos vies.

Nomades et sédentaires

Tout d’abord, la veille de notre départ du Japon pour retourner en France, nous découvrions que j’étais enceinte. Je me souviendrais toujours de l’émotion immense qui nous a traversé alors que nous étions dans cette chambre d’hôtel, à Okinawa, prêts à embarquer pour retrouver nos proches. Ma main ne quittait plus mon ventre, main qui déjà voulait protéger notre petit Lucas. Cette bonne nouvelle a encore accéléré la prise de conscience qui se frayait un chemin en nous.
Alors que nous parcourions le monde, une graine a germé. Un projet. Celui de trouver le moyen d’accorder davantage notre mode de vie avec nos aspirations profondes, avec tout ce que nous avons puisé des différents habitats que nous avons expérimenté pendant ces 3 mois. Nous nous sommes décidés : il est temps de partir, encore une fois, mais pour créer notre nid, trouver l’endroit où nous serions heureux de voir Lucas grandir.
C’est ainsi que nous avons décidé de bâtir un nouveau chez nous. Un nouveau chez nous qui devait avoir un critère : être dans la forêt. Les recherches ont été compliquées compte tenu du contexte actuel, souvent chargées d’échec, mais la chance a frappé à notre porte. Nous avons fini par trouver notre refuge dans le Loiret. Antoine a démissionné de son poste pour se consacrer pleinement à ce qui est notre nouveau projet de vie.

Un nouveau départ

Parenthèse.
Car cette forêt, notre refuge, nous n’allons pas que le garder uniquement pour nous. Nous voulons le partager avec d’autres.  Nous voulons en faire un lieu hors du temps, un lieu de ressourcement, un lieu de créativité, un lieu pour mieux se retrouver.  Nous allons y construire et y glisser quelques tiny house, ces cabanes qui ont tout d’une maison miniature, et qui invitent à un mode de vie centré sur l’essentiel.
Notre parenthèse se poursuit donc dans notre petit havre de paix dans le Loiret. Nous avons hâte de vous présenter cette forêt, qui est encore en friche…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Parenthèse (@parenthese.site)

Charger Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *