Faire garder ses chats

Samantha et Antoine

26 août 2019

2 commentaires

Faire garder ses chats durant un voyage

Ça y est… le départ approche ! Ce n’est pas simple de tout laisser derrière nous durant trois mois, notre appartement, nos deux chats que l’on adore, notre jungle urbaine et nos poissons. Vous nous avez beaucoup posé la question sur Instagram : qui s’occupe de toute cette faune durant notre absence ? C’est un point essentiel, qui nous a beaucoup préoccupé durant un an. À qui les confier ? Où ? Comment ?

Notre histoire

Déjà, sachez que nos animaux sont de véritables membres de notre famille. Et ce n’est pas une formule toute faite. Aussi loin que remonte mes souvenirs, j’ai toujours eu un chaton dans les bras ou un chien à enlacer. J’ai grandi avec un Saint-Bernard, trois Terre-Neuve, un Flat Coated Retriver, et toujours au moins cinq ou six chats. Quand, à dix-sept ans, je quittais le Perche pour aller à Caen (« la grande ville ! »), je ne voulais surtout pas d’animaux. J’avais pu expérimenter, bien sûr, l’amour et l’attachement profond envers eux, mais aussi les chagrins quand ils s’en vont. J’avais aussi vu de près toutes les responsabilités et contraintes, c’est-à-dire : très peu partir. Rester pour s’occuper d’eux.

 

Ça n’a pas tenu longtemps : dès la première année de Licence de Lettres Modernes, je ne tenais plus dans mon appartement. J’avais besoin d’un chat.

Hélios

C’est ainsi, notamment, que je me suis retrouvée avec Hélios, qui a aujourd’hui dix ans. Il m’a suivi partout, dans toutes mes tranches de vie, de l’université à mon premier emploi parisien, d’appartement en appartement. Un soleil sur mes genoux, pendant l’écriture de tous mes romans et scénarios. Hélios est bavard, sensible, intelligent, a une drôle de passion inexpliquée pour le plastique ( ???). C’est un chat qui ne supporte pas la solitude, et avec qui j’ai noué un lien très profond.

 

Antoine a très vite apprivoisé Hélios. Ou Hélios a apprivoisé Antoine, difficile à dire. On repère tout de suite quand quelqu’un a grandi avec des animaux. C’est un langage invisible que nous avons appris, sans même en avoir conscience. La façon de se mettre à la hauteur d’un chat. De tendre la main pour se faire sentir. La précaution dans les gestes et les mouvements. La gamme de sons que l’on reconnaît instantanément. Les animaux parlent. Un autre langage, c’est certain, mais que l’on décrypte.

 

Antoine a appris ce langage très rapidement, lui pour qui c’était si peu familier. Chat LV1. C’est pour cela qu’assez rapidement, nous avons eu envie de prendre un second chat – envie assez soudaine et absolument incompatible avec le 30m2 dans lequel nous vivions déjà à deux, pour ne pas dire à trois, avec Hélios.

Moon

Ma mère avait un élevage de Maine Coon en Normandie. J’ai donc demandé, comme cadeau, un compagnon pour Hélios. Compagnon de la même famille en réalité, car Moon est l’arrière-arrière-arrière-petit-neveu d’Hélios (spécial clin d’œil à Jade, parce que cette filiation a provoqué bien des fou-rires durant des tournages vidéo).

 

Moon a trois ans. Il est arrivé dans nos vies comme une décision que l’on prend, qui on le sait en entraînera d’autres. Déménager, pour commencer, pour avoir plus grand. Moon porte bien son nom, c’est un chat très lunaire – toujours le regard perdu dans des dimensions parallèles. Ses airs sauvages (un vrai Lorion, pour ceux et celles qui ont lu Oraisons !) ne reflètent pas son caractère. C’est un chat très gentil, calme, et aussi… très peureux. Il a développé une obscure phobie des pieds qui nous laissent très dubitatifs (la légende dit que chaton, Jade lui aurait écrasé la queue par inadvertance… est-ce cela l’explication ?).

 

Ces deux Maine Coon nous suivent partout. De là à les emmener sur notre dos, ce serait plus compliqué ! Il a donc fallu trouver une solution. Et aucune n’était satisfaisante.

Quelles solutions pour ses animaux quand on part en voyage ?

Avoir des animaux n’est pas incompatible avec la passion du voyage. En revanche, cela demande une organisation rigoureuse et beaucoup de vigilance. Chaque animal a sa personnalité, et l’absence peut aussi être une grande souffrance. Pour faire garder ses chats, plusieurs solutions sont possibles, mais aucune ne nous convenait parfaitement, pour les raisons que je vais vous expliquer. Il a fallu donc construire notre propre solution, adaptée aux tempéraments d’Hélios et Moon.

 

Pet sitter

Une cat-sitter est quelqu’un qui vient à votre domicile une à plusieurs fois par jours, pour nourrir les animaux, changer la litière, les faire jouer, passer du temps avec eux, etc. C’est une excellente solution pour de courtes vacances, par exemple, afin de ne pas perturber trop ses animaux en les changeant d’endroit.

Nous avons déjà tenté cette formule lors de notre voyage en Transsibérien, l’été dernier. Même avec une cat-sitter qui passait très souvent, nous avons rapidement vu que si cette solution convenait parfaitement à Moon, Hélios, lui, dépérissait. C’est un chat ayant un besoin très fort de contacts sociaux… cela signifie une présence constante, malgré celle de Moon, et en particulier la nuit.

 

Pension pour chat

Il y a de nombreuses pensions pour chats, c’est d’ailleurs actuellement un créneau en plein développement, comme l’a montré Aristide, l’hôtel pour félins urbains ! Là, c’est carrément tout confort. C’est aussi un budget plus que conséquent, comme vous pouvez le voir… Pour 3 mois, autant dire impossible. Hélios et Moon ont une bonne capacité d’adaptation, mais la pension, c’est aussi changer les animaux d’environnement. Les chats sont des animaux très territoriaux, qui sont attachés à leur lieu de vie.

 

Famille d’accueil

Cela aurait pu être une autre option : confier nos chats dans un autre foyer. C’était d’ailleurs l’une de celle que nous avons envisagé avant qu’une autre solution ne se présente d’elle-même. L’avantage, c’est que les chats sont constamment avec d’autres personnes, choyés, et dans un contexte familial. L’inconvénient est, encore une fois, le changement de territoire.

Notre solution

Finalement, Hélios et Moon ne vont pas quitter la maison ! C’est la petite sœur d’une amie, qui démarre un stage à Paris, qui viendra à eux. Vous le savez, les logements sont une grande problématique et un grand frein à tout jeune étudiant qui démarre dans la vie active. Voilà donc un bon compromis : Clémence vivra dans notre appartement durant les trois mois, et prendra soin de nos félins. C’est aussi rassurant pour nous de savoir que quelqu’un reste à la maison. Nous n’étions pas convaincus par l’idée de le mettre en location : cela reste malgré tout chez nous, et l’idée de passages constants de nous enthousiasmait guère. Et puis, c’est important aussi dans le juste retour des choses. J’aurais adoré, à mes débuts, trouver ce genre de solution pour obtenir un logement très accessible. La solution a donc été trouvée, qui contente tout le monde ! Cela ne va pas être simple de laisser nos compagnons félins derrière nous, mais nous les savons entre de bonnes mains.

2 commentaires

  • Dominique Lavallée dit :

    Bonjour Samantha. Votre description de ce que cela représente de vivre avec des chats est exquise et juste. Mon copain et moi avons ce problème qui s’est compliqué par la nécessité de devoir administrer des médicaments à notre chatte Clémentine de 15ans… pas évident;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parenthèse

Qui sommes-nous

Parenthèse, qu’est-ce que c’est ? Deux amoureux, Samantha et Antoine, et l’histoire de leur voyage.

3 pays.

36 étapes.

Plus de 36 000 km.

Suivez-nous sur Instagram : @parenthese.site